Chat 321sex

10-Aug-2016 01:15

Tout d’abord, la préparation d’artillerie, au lieu de frapper les positions d’infanterie de première ligne, se concentrera sur les postes de mitrailleuses et sur les batteries d’artillerie ennemies proches du front, mais également sur les centres de communication de l’arrière (quartiers généraux, gares).

Ce barrage en profondeur devra être bref (quelques heures), mais massif.

Le scénario se révèle identique au premier épisode : une percée spectaculaire sur la Lys, la prise rapide d’Estaires (9-10 avril, accompagnée de l’incendie de la ville) et de la crête de Messines(10-11 avril), une avance vers Hazebrouck qui vient mourir à proximité de ce carrefour ferroviaire de grande importance (12-15 avril), la destruction et la capture de Bailleul (12-15 avril), une première bataille sur le Mont Kemmel (17-19 avril), un nouvel échec pour atteindre Béthune qui entraîne, de rage, le bombardement massif de tout le centre de la ville.

Si plusieurs divisions britanniques se sont efforcées d’enrayer l’attaque allemande avec des moyens souvent dérisoires – des barricades de fortune dans les rues d’Armentières ou de Bailleul, des groupes de retardement accrochés aux remblais ferroviaires –, d’autres en revanche s’effondrent sous la violence de l’impact ; il en est de même pour le Corps expéditionnaire portugais, qui vole en éclats devant Neuve-Chapelle.

Men Please, I will only accept PMs when I announce that I will be accepting them in the mai... I like to chat (no cam or rp) I love cum and threesomes. Love dirty gifs so feel free to share them on my wall.

À la fin de l’année 1917, le haut commandement allemand tire immédiatement parti du nouveau contexte stratégique qui lui est totalement favorable : la révolution russe et l’effondrement de l’armée tsariste qui la suit, permettent désormais de mener la guerre sur un seul front, l’Ouest, en y concentrant toutes les forces disponibles.

Quant à l’attaque d’infanterie, elle sera organisée sous la forme de petits groupes, spécialement entraînés à l’infiltration : ils exploiteront la brèche au plus vite, laissant le soin à la seconde vague de réduire les points de résistance, en utilisant notamment des batteries d’artillerie mobiles.

Chat 321sex-58Chat 321sex-29

L’offensive allemande a été baptisée avec emphase, la , la « bataille de l’empereur ».

La panique s’empare alors des milieux dirigeants politiques et militaires français et anglais.

La peur d’un effondrement complet pousse à la mise en place, dans l’urgence, d’un commandement unique, afin d’assurer la coordination de l’ensemble des forces alliées, principe qui avait été constamment repoussé depuis le début du conflit.

L’avance allemande commence à ralentir au bout de quelques jours, à la fois en raison de l’insuffisance de la logistique (les munitions et même la nourriture des troupes sont insuffisantes) et de la résistance croissante de l’adversaire – par exemple celle des Australiens à Hébuterne – ; progressivement, le succès initial et spectaculaire de Ludendorff est en train de se transformer en défaite…La seconde phase de l’offensive allemande (opération « Georgette », également connue sous le nom de « bataille de la Lys »), est lancée en Flandre française le 9 avril.

Pour Ludendorff, elle fait figure de « quitte ou double ».

L’offensive allemande a été baptisée avec emphase, la , la « bataille de l’empereur ».

La panique s’empare alors des milieux dirigeants politiques et militaires français et anglais.

La peur d’un effondrement complet pousse à la mise en place, dans l’urgence, d’un commandement unique, afin d’assurer la coordination de l’ensemble des forces alliées, principe qui avait été constamment repoussé depuis le début du conflit.

L’avance allemande commence à ralentir au bout de quelques jours, à la fois en raison de l’insuffisance de la logistique (les munitions et même la nourriture des troupes sont insuffisantes) et de la résistance croissante de l’adversaire – par exemple celle des Australiens à Hébuterne – ; progressivement, le succès initial et spectaculaire de Ludendorff est en train de se transformer en défaite…La seconde phase de l’offensive allemande (opération « Georgette », également connue sous le nom de « bataille de la Lys »), est lancée en Flandre française le 9 avril.

Pour Ludendorff, elle fait figure de « quitte ou double ».

No offense but I prefer not to talk about my personal/r...